Covid 19 oblige, nos vies professionnelles ont été bouleversées par la pandémie. Après la réorganisation de nos espaces de travail et des dossiers en cours, c’est le lien social qui en  a pris un coup. Les séminaires d’entreprises et formations ont été transformés en de longs enregistrements en ligne, les pots de départs et afterworks ont disparu et l’accueil de nouveaux collègues n’est devenu qu’un lointain souvenir. 

Mais alors que tous ces événements intra-entreprise semblent encrés dans certaines organisations, revenons ensemble sur les origines des afterworks, leurs mutations et évolutions. 

1. Les origines et variantes de l’afterwork

Venu tout droit de la Grande Bretagne, comme son nom l’indique, l’afterwork constitue l’ensemble des activités et rencontres professionnelles qui se produisent après le travail, dans un cadre extra-professionnel. Cette pratique a pour objectif de casser la routine très éreintante du « métro boulot dodo » pour implanter le « métro boulot apéro ». Diverses visions de l’afterwork existent : certains optent pour un verre et une planche en terrasse tandis que d’autres préfèrent organiser un événement dans leurs bureaux, il y en a pour tous les goûts. 

Les pratiques divergent entre les différentes entreprises mais aussi entre les différents pays. Outre Manche, il est commun d’apercevoir une horde de travailleurs investir les bars et pubs pour partager plusieurs verres. Contrairement aux britanniques, au Japon, il est coutume d’organiser le nomikai ou « rassemblement pour boire » le plus souvent dans des izakaya (sorte de bars à tapas japonais) pour cette fois partager un repas/apéro avec ses collègues. Du côté des finlandais, l’ambiance est toute autre. Il n’est pas anodin de croiser un patron et ses salariés en fin de journée dans un sauna très peu ou pas du tout vêtus. C’est la raison pour laquelle Nokia dispose d’un sauna dans chacun de ses quatre sites finlandais. Pour le vice-président de la marque, « dans un sauna il n’y a pas de vêtements, il n’y a pas d’égo ».

2. L’afterwork vu par les français

L’afterwork est perçu partout comme un moyen de tisser des liens entre collègues et supérieurs dans un cadre différent de celui du travail. Alors que les moyens divergent sur l’organisation de ces derniers, il ne fait aucun doute que ces événements ravissent. Selon une étude de 2017 menée auprès de 1060 salariés par Privateaser et OpinionWay, 70% des salariés pensent que l’afterwork est un bon moyen de rencontrer ses collègues. Au même titre, 60% de ceux qui participent à ces événements affirment que les afterworks sont nécessaires à leur bien-être professionnel. 

Alors que tous semblent apprécier le principe de l’afterwork, ce concept peine à se généraliser en France. Et pour preuve, 57% des salariés interrogés ne sont jamais conviés à un tel événement. Pour ceux qui ont la chance d’y être invité, deux principaux facteurs freinent la généralisation du concept : 

Le manque de temps : 74% des interrogés se rendent directement à leur domicile après le travail ( du fait du temps de transport par exemple) tandis que 22% d’entre eux n’ont simplement « pas le temps ». 

Le manque de budget : aujourd’hui seules 13% des entreprises allouent un budget pour les événements d’entreprise dans le cadre extra-professionnel. Du fait du manque de moyens, seulement une entreprise sur deux organise des afterworks. Lorsque ces dernières sautent le pas, le budget alloué par personne dépasse rarement les 15€.

3. Le « beforework », nouvelle pratique à la mode ? 

Depuis ces dernières années et bien avant la pandémie, un nouveau phénomène a pris de l’ampleur : le beforework. 

Toujours très marginale en France, cette pratique a conquis les pays anglo-saxons. Le principe est simple, on ne se retrouve plus après mais avant le travail ! Le concept du « daybreaker » a été inventé en 2014 à New-York et consiste en un cours de danse ou encore de yoga entre 6h et 8h du matin ! Actuellement cette pratique cartonne aux quatre coins de la Terre : San Francisco, Sydney, Sao Paulo ou encore Londres, tous l’ont adopté !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *