Alors que la consommation d’alcool en général diminue en France depuis les années 1960 (notamment à cause de la diminution quotidienne de la consommation de vin), les français auraient tendance à boire plus de bière. Passant de 30L en 2016 à 32L par an et par personne en 2019. Cette tendance profiterait au marché de la bière artisanale et des micros brasseries, de plus en plus appréciée des amateurs de bière en France.

Le nombre de micros brasseries en constante augmentation

Depuis 2018, le nombre de micros brasseries est en constante augmentation. Les micros brasseries, ce sont ces indépendants qui ont décidé de brasser eux-mêmes leur propre bière. Ce qui caractérise les micros brasseries, est en premier lieu la quantité de bière que le brasseur produit. Les brasseries industrielles produisent en général plus de 100.000 hectolitres de bières par an, une brasserie classique en produit entre 10.000 et 100.000 hectolitres par an, une brasserie artisanale ne dépassera pas les 10.000 hectolitres à l’année. Enfin une micro brasserie ne verra pas sa production grimper au-dessus des 1.000 hectolitres de bière par an. Mais au-delà de l’aspect quantitatif, être micro brasseur est avant tout un état d’esprit, une envie d’autonomie et de création qui donne naissance à des bières au caractère bien précis. Chaque brasseur utilise ses propres techniques pour créer une bière originale et unique qui corresponde à son univers.

Les micros brasseries toujours faibles en termes de volumes

En 2006, la France comptait environ 250 brasseurs sur son sol. Aujourd’hui en 2020, c’est plus de 1600 brasseries qui sont actives en France. Cela est dû à l’essor des micro-brasseries, qui représentent à elles seules 90% des brasseries françaises.  Economiquement parlant, les microbrasseries ne représenteraient que 6 à 7% du marché en termes de volume écoulé d’après le délégué général du syndicat des brasseurs de France. Aujourd’hui encore, la place de ces bières artisanales est encore très limitée en grandes surfaces et dans les bars. On ne trouve qu’une toute petite partie de mètre linéaire disponible en magasin, quand il y en a… On notera tout de même, que la chaîne de supermarché Monoprix propose dans la plupart de ses magasins en île de France des bières brassées dans la région.

Les acteurs locaux supportent les micros brasseries de leur région

Cependant, les bars ont flairés la tendance et commencent à proposer de plus en plus une ou plusieurs bières artisanales à leur carte. Généralement, des bières brassées localement afin de mettre en avant les producteurs locaux. Par exemple, la Brasserie du Bouffay à Nantes, vend 80% de sa production dans un rayon de 80kms. Certains bars proposent eux-mêmes leur bière brassée artisanalement, comme la Paname Brewing Company qui sert à ses clients sa propre production de bières artisanales. L’équipe a d’ailleurs testé quelques bières de cette micro-brasserie, on ne peut que vous les recommander. De plus, le cadre au bord du canal de l’Ourcq est idéal pour prendre l’apéro.

La réponse des géants de l’industrie de la bière

Comme preuve que le secteur de la bière artisanale ou des « craft beers » est en plein essor, on observe une réponse de la part des géants de l’industrie. La plupart on adaptée leur offre pour pouvoir proposer des bières qui se rapprochent d’une bière artisanale. C’est le cas de Kronenbourg qui a fait brasser sa bière 1664 bio par une brasserie artisanale du Var. La marque essaye ainsi de renouer un lien avec les consommateurs qui délaissent les bières industrielles au profit de la bière artisanale. Dans le même état d’esprit, la marque hollandaise Heineken, a investi dans la brasserie locale Gallia, basée à Pantin. Jacques Ferté, le directeur de la brasserie, explique qu’il pourra multiplier par cinq sa production actuelle. De l’autre côté, la marque hollandaise bénéficiera d’un nouveau produit à proposer aux amoureux de la bière artisanale.

Comme nous l’avons vu, la bière artisanale a de beaux jours devant elle, avec une augmentation exponentielle du nombre de micro-brasserie et un engouement toujours plus important de la part des consommateurs. Espérons maintenant que ces bières soient reconnues à leur juste valeur et qu’elles prendront une part plus importante tant dans les bars spécialisés que dans les supermarchés.